Le geste éthique de la semaine: consommer équitable

20 oct. 2008 12:30

Je suis bien consciente de trainer largement la patte sur ce blog depuis quelques semaines mais rassurez-vous je suis toujours bien vivante et j'ai d'ailleurs en prime un excellent alibi dont je vous dévoilerai tout très bientôt mais en attendant voici le deuxième volet de la saga "Le geste éthique de la semaine".

Si en consommant éthique on peut assurer un bien être certain aux animaux, on se doit de se préoccuper encore plus d'une autre éthique, celle des ouvriers/producteurs de l'ombre qui travaillent pour nous fournir ces mêmes produits, qui bien souvent sont sous-exploités au profit des grandes enseignes.

Depuis quelques années certaines marques se sont "spécialisées" dans le commerce fair trade, outre Max Havelaar (sans conteste le plus connu) il y a aussi Oxfam qui prend de plus en plus de place sur les rayonnages. Outre le fait que les produits sont généralement de meilleurs qualités, ils restent aussi très abordables et ont le net avantage, et là je cite le site de "Artisans du monde" "de garantir aux petits producteurs de commercialiser leurs produits à des prix plus rémunérateurs que les cours mondiaux. C'est également une garantie de relative stabilité des prix et la mise en place de conditions et de délais de paiement, voire des possibilités de préfinancement, qui évitent aux paysans et aux artisans de brader leurs produits ou d'avoir recours à des prêts usuriers. Le prix équitable est négocié. Il doit pouvoir couvrir tous les coûts de production du produit, incluant les coûts environnementaux et sociaux, assurer aux producteurs un niveau de vie décent et une part d'investissement. A titre d'exemple, “Jute Works”, entreprise à but non lucratif du Bengladesh, fournit du travail à 5500 personnes, dont 97% de femmes. Outre les salaires décents, des programmes d'alphabétisation et d'éducation contribuent à développer le sens de l'organisation chez ces femmes et à leur faire prendre conscience de leurs droits. Un prix équitable pour le producteur n'implique pas toujours un prix plus élevé pour le consommateur. A qualité égale, les produits du commerce équitable ne sont pas forcément plus chers".

C'est pour toutes ces raisons qu'aujourd'hui j'aimerais vous faire connaitre un produit phare des petits-déjeuners j'ai nommé : le cacao en poudre ! Que celui qui n'a jamais acheté de Nesquick me jette la première pierre ! :)

Oxfam donc, commercialise du bio choco drink, un pendant nettement meilleur de la boisson du lapin (composée de sucre, cacao maigre, dextrose, émulsifiant : lecithine de soja, sel, vanilline et cannelle) car elle ne contient que du cacao maigre et du sucre de canne... bio qui plus est !

Outre le goût de chocolat plus prononcé, le mode d'emploi diffère quelque peu car on doit d'abord diluer les doses de chocolat dans un fond de lait avant de remplir le reste de la tasse car le cacao n'est pas en poudre fine et le sucre de canne (brut) est en cristaux, cela dit ça vous prend 4 secondes, autant dire rien du tout !

On en trouve de sources sûres dans les boutiques Oxfam, Colruyt, Carrefour et Delhaize au prix de 2,59 € le paquet de 375 g, un prix raisonnables quand on sait que 2 cuillères à café suffisent pour une tasse de lait.

Pour en savoir plus je vous conseille la visite des sites de Oxfam et de Max Havelaar.

0 commentaires: